mercredi 15 mai 2013

Bienvenue

Bonjour à tous,

Je m'appelle Julien et je suis un ami de Maurice Dezecot, que je connais depuis quelques temps maintenant et évidement au cours de nos discussions il m'a parlé de ses exploits de jeunesse, ne fus-je pas étonné quand j'ai appris que c'était un vrai casse-cou national, notre Maurice !
Étant de la génération "internet" je lui proposais donc de montrer et de rappeler ses exploits de jeunesse, au début réticent, Maurice se prit au jeu puis me donna son accord et me fournit ensuite des infos et des documents.
Après un petit peu de restauration sur les articles de presse et les photos voici un blog permettant de montrer tout ça.

Encore bravo Maurice pour tes exploits j'espère que ce site te conviendra !
Bonne lecture

Tout d'abord commençons par une courte biographie:


Maurice Dezecot, né à Luché-Pringé est un cascadeur professionnel dans les années 1970.

Issu d'une famille modeste dont le père était mécanicien dans un château (Chateau de la grifferie) et d'une mère au foyer.
Passionné de mécanique et de sensations fortes, il parcourt la région Nantaise pour faire ses spectacles de cascades. Sa passion pour la mécanique le ménera également sur les pistes de kart.
Jouissant maintenant d'une retraite bien méritée en Midi-Pyrénées, il en profite pour mettre à contribution ses talents artistique dans la peinture ou la musique ou il est par ailleurs membre de la troupe APITO! (Percussions Brésiliennes)

Carrière de cascadeur

Il commença sa carrière de cascadeur en 1969.
Très vite sa carrière prend de l'ampleur et il peut faire jusqu’à 20 spectacles par an, ceux-ci sont constitués d'une vingtaines de voitures bien souvent réduites en épaves pour le plaisir des spectateurs.
Il arrête la discipline en 1979 lorsque son jeune fils, Jean Marcel insiste trop souvent pour faire des cascades avec son père.
En effet surtout à l'époque, cette discipline était d'autant plus dangereuse que les voitures était lourdes et l’environnement technique peu adapté à ce genre de pratique.

Troupe

Maurice Dezecot se déplace partout en France avec toute une équipe technique constituée de mécaniciens notamment Serge Pasteau, son beau-frère, d'autres conducteurs et surtout d'une petite flotte de véhicules composée de:
Deux camions auto porteurs, l'un pour transporter des voitures non vouée a la destruction et l'autre destiné à faire un tremplin, utilisé notamment lors du numéro final.
Plusieurs voitures d'affichage qui passaient quelques jours à l'avance dans les villes pour annoncer le spectacle à venir.
Les voitures utilisées était bien souvent des voitures fournies par la mairie du village hôte, parfois des particulier donnant des véhicules en fin de vie, bricolés et retapé suffisamment pour tenir le temps du spectacles.
Les pauvres véhicules utilisées pouvaient donc être aussi bien des Peugeot 404, des Ford et des Simca souvent.

Spectacles

Vers le milieu des années 70, les spectacles de Maurice Dezecot sont déjà connu partout dans la région Nantaise et ils commencent souvent sur les chapeaux de roues, des percussions de véhicule contre un autre, des tonneaux ...
Parfois les véhicules sont en feu, les démonstrations s’enchainent comme un manège incessant et brutal dans un fracas de tôle pliée et les hourras du public.
Pour varier les numéro avec toujours plus d'audace, Maurice continue avec des passages sur deux roues sur de longues distances ou encore des passages dans des murs de feux avec un homme sur le capot !

Ensuite venait le clou du spectacle: Le saut de la mort, un véhicule lancé à toute allure, utilisant un camion plateau comme rampe Maurice s’élance pour un bond au dessus d'autres véhicules alignés après la rampe, parfois jusqu’à 22 soit 52 mètres parcouru en l'air ! Autant vous dire que c'était très risqué d'autant plus quand on connait les véhicules de l'époque ;)




Autobiographie première partie

Cette fois c'est une petite autobiographie de Maurice annotées par moi-même et parsemées de photos et de coupures de presse.

Débutant en cascade en 1969 à Nantes, je m'entrainais sur l’ile de Beaulieu, vide de tout immeuble.
Je cascadais tout au début en costume, d'ailleurs le public m’appelait le "gentleman de la cascade".
Par exemple ici on voit une cascade avec une Renault Frégate lancée à 140 km/h dans une Citroën DS en stationnement (ndlr: Rassurez-vous, il n'y avait personne dans la DS)

Renault Frégate dans une Citroën DS

Ensuite j'y pris gout, je devenais un intrépide du volant, méprisant le danger, je devins avec un tranquille sans froid un cascadeur de plus en plus acharné qui avait le gout du risque.
J'ai monté de toute main de vrais spectacles tenant en haleine le public pendant quatre heures.
Série de tonneaux à 120 km/h avec un break Simca

Je deviens de plus en plus précis et affirmé j'aimais faire rendre l'âme à une voiture. Voici une série une tonneaux a deux véhicules, demandant beaucoup plus de précision au volant pour guider le véhicule et rester sur la route !!
Le tout à 100 km/h en moyenne.
(ndlr: Donc oui, ramené a notre joyeuse époque il aurait put se faire flasher dans cette situation ^^)


Deux Peugeot 404
Je fais également du rodéo pour une marque de véhicule notamment pour le concessionnaire Simca à Rézé les Nantes.

Ford Escort (à gauche) et Simca1100 "spécial" prêtée par la concession (à droite)


Acrobaties en tout genre: dérapages contrôlés, saut de tremplin etc ...

Autobiographie seconde partie

Suite de l'autobiographie
Le sang froid et la précision sont de mon ressort, ici je franchis trois murs de flammes à 120 km/h avec un homme sur le capot.

Simca Arianne
 
Deux Ford Escort
le rodéo d'équilibre demande une tonicité (ndlr: On comprendra qu'il faut tenir le volant très fermement) avec un sens très poussé d'analyse du danger et du coup fatal qui pourrait arriver.


Une de mes spécialité:
Percussion à 140 km/h dans une voiture en feu.
A gauche: Panhart, A droite: Simca Beaulieu

Ndlr: Les services de sécurité  et les mécaniciens sont toujours présent, surtout lors de démonstration aussi spectaculaire.
A gauche: Simca Aron, A droite: Peugeot 404 break

Autobiographie troisième partie

Suite de l'autobiographie

En 1974 je rencontre une ferme Allemande de tracteur, que j'avais déjà croisé lors de mes spectacles, d'après leurs dire il avaient trouvé en moi la témérité, beaucoup de réflexes et une tête froide.
J'étais désigné pour aller faire des essais d'arceau de sécurité sur leurs tracteurs.

Simca Ariane
Rouler sur deux roues demande beaucoup d’efforts et de ténacité durant l'entrainement.

Un nouveau passage en deux roue en Peugeot 404
Peugeot 404
 Je reste le spécialiste du "Saut de la mort" en prenant comme tremplin un camion, un saut de 52m au dessus de 22 voitures.
Saut avec une Simca P60 a Saint-Georges-du-Rosay (1972)


Saut de la mort dans une voiture en feu, à Saint-Malo en Bretagne


Je reste le seul en France à exécuter ce numéro dans une voiture en feu, toujours une cinquante de mètre en l'air depuis un camion tremplin.

Autobiographie quatrième partie

 Suite et fin de l'autobiographie

Saut de la mort exécuté à Saint-Colombant (44)
Ndlr: Les réceptions des sauts de la mort sont très impressionnante car le véhicule ne retombe pas toujours sur la route.

Peugeot 404 en feu lors d'une retombée d'un saut de mort à Rézé-les-Nantes

Mon plaisir c'était sentir une voiture rendre l'âme entre mes mains, si l'on a peur en cascade automobile il faut raccrocher tout de suite.
Mes numéros je les éxécute sans le moindre pincement au coeur.
On parle souvent de la peur de l'accident, mais moi qui suis habitué à jouer les trompe-la-mort, je redeviens sur la route un chauffeur très prudent.

A l'avant plan, une Simca 1100

Les Renault 4L qui servaient à l'affichage dans les villages.
Je souhaite également remercier Serge Pasteau qui préparait les véhicules et qui avait donc beaucoup de responsabilité pour assurer ma sécurité lors des cascades.
C'est un bosseur comme il n'y en plus beaucoup de nos jours !

Voila pour le moment, et merci à Maurice de s'être prêté au jeu ! ;)